samedi 19 mars 2016

Les nouvelles de 2016, quelques échecs et réussites en bref

 "Hype cycle"

2014 a semble-t-il représenté le sommet du « cycle du hype de Gartner pour l’imprimante 3D grand public. En effet, si on regarde la valeur des actions des principaux acteurs du marché ( Stratasys/MakerBot et 3DSystems/Cubify), on se rend compte que le cours de celles-ci était à un niveau très différent de celui d’aujourd’hui. Les attentes étaient irréalistes, les deux acteurs ayant sur-estimé leur force sur le marché grand public très fragmenté et  particulièrement sensible au prix d’achat de la machine et allergique au fait d’être obligé à utiliser le filament de la marque.

La disparition de certains fabricants

2015 et 2016 ont été fatales à un certain nombre de fabricants. Certains n’ont même pas pu amener leur machine au stade de la commercialisation. Pirate 3D (lancé sur Kickstarter) n’existe plus, et il semblerait que Solidoodle ait fait faillite.

Kickstarter (financement participatif)

Les lancements de projets d’imprimantes sur Kickstarter (financement participatif) sont toujours nombreux, mais le risque augmente car les projets ciblent de plus en plus un prix bas, voire très bas. « pré-acheter » une machine sur ce site revient à jouer à la loterie, avec parfois d’agréables surprises à l’image de la Robox de CEL, qui est une machine plutôt réussie.

Les kits chinois pas chers (et parfois bien conçus)

Certains kits chinois partiellement ou complètement basés sur le projet RepRap (disponibles sur eBay ou Aliexpress) sont par ailleurs bien conçus. Le risque principal est de tomber sur un kit composé de pièces vraiment médiocres, ce qui se ressentira forcément au moment de l’assembler, de l’étalonner ou lors de l’impression proprement dite.