dimanche 2 janvier 2011

2010 - L'année où l'impression 3D grand-public a décollé.

2010 a été une année faste pour l'impression 3D – on utilise parfois aussi le terme prototypage rapide. Il y a moins de 5 ans, ces techniques étaient complètement inaccessible au particulier à cause de leur coût.

La lente démocratisation de l'impression 3D suit deux axes principaux:

-Des services d’impression plus abordables: Des prestataires de service ciblent le grand public en remplissant leurs machines avec des pièces de plusieurs clients à la fois, afin de répartir le coût de l'heure d’impression sur un maximum de clients.
- Des machines plus abordables: Des projets "open-source" dont la documentation est disponible gratuitement permettent à des bricoleurs doués et persévérants de réaliser leur propre machine. La qualité d'impression est encore un point faible. A noter: Un fabricant, MakerBot Industries, combine "open-source" et fabrication traditionnelle. L'imprimante (basée à l’origine sur le projet RepRap) peut être achetée sous forme de kit, mais tous les plans et logiciels nécessaires sont librement disponibles. La qualité d'impression n'est pas excellente, mais certains créateurs parviennent à tirer profit de cette faiblesse au point que leurs réalisations forcent l'admiration:
Gothic Cathedral Play Set par Skimbal










Les étapes clés :
 Le premier frémissement a eu lieu outre-Atlantique en 2006 avec Printapart, un service destiné aux modélistes.
 En 2008, deuxième acte et grand coup de tonnerre: naissance de Shapeways, qui vise à la fois les créateurs et les acheteurs grâce à une plateforme de vente qui permet aux premiers de mettre en vente leurs créations à destination des seconds.
En 2009, lancement du MakerBot par MakerBot Industries. Le service d'impression Sculpteo fait son apparition avec un site en français, chose rarissime dans ce domaine. Le projet open Source RepRap sort la deuxième génération de son imprimante : Mendel.
En 2010, Lancement de l’imprimante 3D chinoise Up!, suivie peu après par la Thing-O-Matic de Makerbot.  Ponoko, qui était seulement actif dans la découpe laser lance également son service d'impression 3D. Ce service est disponible pour le monde entier, cependant dans les faits, il est plutôt réservé  aux créateurs nord-américains car Ponoko ne propose pas de méthode d'envoi abordable...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire